L'alimentation des Laotiens. Cuisine, recettes et traditions au Laos et en France par Florence Strigler

L'alimentation des Laotiens. Cuisine, recettes et traditions au Laos et en France

Titre de livre: L'alimentation des Laotiens. Cuisine, recettes et traditions au Laos et en France

Éditeur: Karthala

ISBN: 2811105158

Auteur: Florence Strigler


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Florence Strigler avec L'alimentation des Laotiens. Cuisine, recettes et traditions au Laos et en France

A travers l'alimentation, c'est la culture d'un peuple que l'on découvre, ici celle des Lao, ethnie majoritaire du Laos. L'alimentation est une porte d'entrée qui se situe dans le concret des aliments et des techniques culinaires, mais qui s'ouvre aussi sur un monde de symboles, de croyances, de conceptions de la vie. Elle entretient des liens étroits avec la médecine, la religion, les grandes étapes de la vie et de la mort. Acte banal et quotidien, il n'en est pas moins d'une grande complexité. Ses modalités obéissent à des déterminismes multiples, aussi bien d'ordre biologique que d'ordres culturel, économique, technique, etc. Une approche multifactorielle est donc indispensable si l'on veut comprendre comment se construit l'identité alimentaire. Des jeux complexes d'influences entrent en ligne de compte : effets historiques, générationnels, géographiques, migratoires et sociétaux. Jusqu'à une période récente, la cuisine lao a traversé les siècles relativement inchangée. L'intégration progressive du Laos dans les échanges internationaux est en train de bouleverser les modes d'approvisionnement alimentaire des familles. Les villes et les villages situés près des axes routiers (ce qui est le cas de la plupart des villages lao) entrent de plain-pied dans une société de consommation, avec des conséquences notables en termes de mode de vie et de santé. En France, la diaspora lao s'attache à conserver "la tradition", et l'alimentation en est l'un des supports privilégiés. Parmi les croyances et les pratiques alimentaires traditionnelles, certaines persistent alors que d'autres sont rapidement abandonnées et que d'autres encore se modifient. Les enfants nés en France ont des besoins et des désirs qui induisent de nouvelles habitudes alimentaires au sein des familles, sans occulter cependant des marqueurs identitaires forts.

Livres connexes

A travers l'alimentation, c'est la culture d'un peuple que l'on découvre, ici celle des Lao, ethnie majoritaire du Laos. L'alimentation est une porte d'entrée qui se situe dans le concret des aliments et des techniques culinaires, mais qui s'ouvre aussi sur un monde de symboles, de croyances, de conceptions de la vie. Elle entretient des liens étroits avec la médecine, la religion, les grandes étapes de la vie et de la mort. Acte banal et quotidien, il n'en est pas moins d'une grande complexité. Ses modalités obéissent à des déterminismes multiples, aussi bien d'ordre biologique que d'ordres culturel, économique, technique, etc. Une approche multifactorielle est donc indispensable si l'on veut comprendre comment se construit l'identité alimentaire. Des jeux complexes d'influences entrent en ligne de compte : effets historiques, générationnels, géographiques, migratoires et sociétaux. Jusqu'à une période récente, la cuisine lao a traversé les siècles relativement inchangée. L'intégration progressive du Laos dans les échanges internationaux est en train de bouleverser les modes d'approvisionnement alimentaire des familles. Les villes et les villages situés près des axes routiers (ce qui est le cas de la plupart des villages lao) entrent de plain-pied dans une société de consommation, avec des conséquences notables en termes de mode de vie et de santé. En France, la diaspora lao s'attache à conserver "la tradition", et l'alimentation en est l'un des supports privilégiés. Parmi les croyances et les pratiques alimentaires traditionnelles, certaines persistent alors que d'autres sont rapidement abandonnées et que d'autres encore se modifient. Les enfants nés en France ont des besoins et des désirs qui induisent de nouvelles habitudes alimentaires au sein des familles, sans occulter cependant des marqueurs identitaires forts.A travers l'alimentation, c'est la culture d'un peuple que l'on découvre, ici celle des Lao, ethnie majoritaire du Laos. L'alimentation est une porte d'entrée qui se situe dans le concret des aliments et des techniques culinaires, mais qui s'ouvre aussi sur un monde de symboles, de croyances, de conceptions de la vie. Elle entretient des liens étroits avec la médecine, la religion, les grandes étapes de la vie et de la mort. Acte banal et quotidien, il n'en est pas moins d'une grande complexité. Ses modalités obéissent à des déterminismes multiples, aussi bien d'ordre biologique que d'ordres culturel, économique, technique, etc. Une approche multifactorielle est donc indispensable si l'on veut comprendre comment se construit l'identité alimentaire. Des jeux complexes d'influences entrent en ligne de compte : effets historiques, générationnels, géographiques, migratoires et sociétaux. Jusqu'à une période récente, la cuisine lao a traversé les siècles relativement inchangée. L'intégration progressive du Laos dans les échanges internationaux est en train de bouleverser les modes d'approvisionnement alimentaire des familles. Les villes et les villages situés près des axes routiers (ce qui est le cas de la plupart des villages lao) entrent de plain-pied dans une société de consommation, avec des conséquences notables en termes de mode de vie et de santé. En France, la diaspora lao s'attache à conserver "la tradition", et l'alimentation en est l'un des supports privilégiés. Parmi les croyances et les pratiques alimentaires traditionnelles, certaines persistent alors que d'autres sont rapidement abandonnées et que d'autres encore se modifient. Les enfants nés en France ont des besoins et des désirs qui induisent de nouvelles habitudes alimentaires au sein des familles, sans occulter cependant des marqueurs identitaires forts.